Les hameaux dépendant de la commune de Congis-sur-Thérouanne sont le Gué-à-Tresmes et Villers-les-Rigault.

Tous deux possédaient autrefois un lieu de culte dont il ne reste aujourd’hui plus aucune trace.


Chapelle du Gué-à-Tresmes

Elle a été érigée en 1773 sous l’invocation de Sainte-Geneviève.

La bénédiction de cette chapelle a été faite le 3 juillet de la même année, par Sautereau, curé de Mary, doyen rural de Gandelu, assisté de Denis Vaudescal, curé de Villers, et en présence du Comte de Mory.

Le 5 du même mois, l’Evêque de Meaux permit à celui-ci d’y faire célébrer la messe tous les jours de l’année, sauf les quatre grandes fêtes et le jour du patron de l’église paroissiale de Congis.

Cette chapelle n’existe plus aujourd’hui.


Eglise de Villers les Rigault

L’église de Villers les Rigault, située à l’extrémité nord du hameaux avait été consacrée par Jean de Vieuxpont, évêque de Meaux, le 7 août 1611.

Elle a cessé de servir à l’exercice du culte à partir de la révolution et a été aliénée en 1826 en vertu d’une ordonnance royale.

Dans cette église se trouvait une chapelle dédiée à Sainte-Marie Egyptienne.

L’entretien du choeur de l’église était à la charge du couvent de Reuil, en qualité de gros décimateur. Ce couvent devait en outre entretenir les livres et ornements nécessaires à la célébration du culte.

Bien chétive était la cure de Villers les Rigault, et plus chétifs encore, s’il est possible, la fabrique et le presbytère qui était le plus souvent en très misérable état : soit par indifférence, soit par impuissance de ses habitants.

Note historique & statistique sur Congis et ses hameaux par M.L. BENOIST – 1887